Vous pouvez dès à présent consulter le mémento 2021-2022 concernant l'Organisation, la Réalisation et la Gestion des prophylaxies Bovines.

Dans le Puy-de-dôme, la prophylaxie se déroulera cette année du 15 octobre 2021 au 15 avril 2022 inclus.

Pour en savoir plus, veuillez cliquer ici

La période de mi-mai à fin octobre est considérée comme une période à risque vis-à-vis des infestations cutanées par Wohlfahrtia magnifica.

Quand suspecter cette myiase ? Que faire en cas de suspicion ?

Vous trouverez ici une fiche réalisée dans le cadre de la commission ovine de GDS France pour répondre à ces questions.

En 2019 et 2020, sur les Massifs du Cantal et du Sancy, de nombreux cas d’entérotoxémie et de charbon symptomatique ont été observés. Les bactéries responsables de ces deux maladies sont Clostridium perfringens, et Clostridium chauvoei.

Dans les deux cas, les animaux atteints sont rarement observés malades et sont plus souvent retrouvés morts. Les rares animaux qui peuvent être soignés à temps ont couramment des séquelles, respiratoires ou locomotrices, qui en font des non-valeurs économiques.

Dans ce contexte, il vous est fortement recommandé :

  • De vacciner contre ces maladies les bovins qui montent en estive, en particulier les plus jeunes, réputés les plus vulnérables. Le vaccin doit être administré 2 fois à 3 semaines d’intervalle, pour une protection optimale pendant 1 an. Une seule injection protègera l’animal pendant 1 à 3 mois, avec un niveau de protection qui n’est pas garanti comme maximal.
  • De repérer et de faire partir les cadavres le plus rapidement possible: ceux-ci sont sources de spores qui contaminent les parcelles, et les points d’eau. Il convient donc de les isoler du reste du troupeau (barrières), de les couvrir (bâche ou paille) et de les faire enlever par l’équarrissage le plus rapidement possible.

Vous trouverez ici une nouvelle version (datée du 09/07/2021) de la note concernant les exigences en matière de FCO pour les mouvements intra-européens depuis le 21/04/2021.

Vous trouverez ici la version du 12/04/2021

Vous trouverez ici la version du 31/03/2021.

VERS L'ESPAGNE
2 phases
1/ du 21 avril 2021 au 31 août 2021 maintien des conditions actuelles. Les espagnols sont conscients des difficultés à mettre en place cette vaccination 4 et 8 d’ici au 21 avril et nous accordent un délai :

• Bovins, ovins de moins de 70 jours
animaux issus de mères vaccinées OU animaux désinsectisés pendant 14 jours suivi d'un test PCR négatif


• Bovins, ovins de plus de 70 jours
animaux désinsectisés pendant 14 jours suivi d'un test PCR négatif OU animaux vaccinés BTV 8 et 4 depuis plus de 10 jours après la deuxième injection.


2/ A partir du 1er septembre 2021 nouveau protocole qui impose la vaccination 4 et 8 pour les adultes


• Bovins, ovins de moins de 70 jours
animaux issus de mères vaccinées OU animaux désinsectisés pendant 14 jours suivi d'un test PCR négatif


• Bovins, ovins de plus de 70 jours
animaux vaccinés BTV 8 et 4 depuis plus de 10 jours après la deuxième injection.


VERS l'ITALIE
L'Italie ne modifie pas ses conditions par rapport au protocole bilatéral actuel ( sauf le délai post vaccinal qui passe à 7 jours au lieu de 10)


• Bovins, ovins de moins de 90 jours
animaux issus de mères vaccinées OU animaux désinsectisés pendant 14 jours suivi d'un test PCR négatif


• Bovins, ovins de plus de 90 jours
animaux vaccinés BTV 8 depuis 7 jours après la deuxième injection.

 

REMARQUE: les conditions générales s'appliquent également; des ruminants vaccinés (8 et 4) depuis plus de 60 jours peuvent aller en Espagne et en Italie.


Le 5 mars nous recommandions d'adopter collectivement une stratégie vaccinale adaptée au contexte de chaque pays (ITALIE BTV 8 -ESPAGNE BTV4-8) d'une part et analysée au regard des disponibilités en vaccin d'autre part. Cette recommandation reste d'actualité dans un contexte de tension sur les disponibilités du vaccin bivalent et d'obligation vaccinale pour l'Espagne reportée au 1 septembre.

 

Claire LE BIGOT

DGAL

Vous trouverez ici notre nouveau GDS INFO – Edition 2021 réalisé au niveau de notre Fédération Auvergne – Rhône-Alpes.

Il vous sera envoyé très prochainement.

Nous rappelons qu’il est impératif d’inscrire la date du prélèvement de l’échantillon de cartilage sur l’enveloppe fournie, ainsi que les dates de congélation et de décongélation si l’échantillon a été congelé (pratique déconseillée actuellement).

En effet, l’analyse PCR BVD généralement mise en œuvre doit être réalisée dans les 15 jours suivant le prélèvement. Son coût est de 3,20 € HT auquel est déduit 1€ d’aide pour les adhérents GDS.

Depuis le mois de juin dernier, en l’absence de date de prélèvement (ou éventuellement de dates de congélation et de décongélation) et en cas de délai d’acheminement compris entre 15 et 30 jours après le prélèvement, le laboratoire TERANA pratique un autre type d’analyse appelé antigénémie BVD. Cette analyse « de rattrapage » limite le nombre de veaux à reprélever.

Le coût de cette analyse est par contre beaucoup plus élevé : 8,50 € HT auquel est déduit 1€ d’aide pour les adhérents GDS.

Le GDS a pris en charge de juin à septembre le surcoût de cette analyse.

A partir du 1er octobre 2020, le coût de l’antigénémie de 7,50 € (aide GDS déduite) sera entièrement à la charge de l’éleveur.

Pour que les analyses soient faites en PCR au tarif de 2,20 € et ne pas basculer sur une analyse en antigénémie à 7,50 € il faut impérativement :

  • NOTER LA DATE DE PRELEVEMENT (et éventuellement de congélation/décongélation) SUR L’ENVELOPPE.
  • Poster immédiatement l’échantillon une fois le cartilage prélevé (si vous bouclez le week-end, postez l’échantillon le lundi pour une meilleure conservation).

N'oubliez de nous renvoyer le formulaire de demande d'aide du Conseil Départemantal avant le 31 décembre 2021 pour pouvoir bénéficier des aides apportées par le Conseil Départemental (remboursement début 2022), pour les dossier éligibles, suite aux factures réglées au laboratoire du Puy-de-Dôme (TERANA 63).

Protéger les gestations pour éviter la création d'IPI et arrêter la circulation virale au sein du cheptel.

Vous pouvez reprendre l’envoi des cartilages frais ou congelés au laboratoire TERANA par la Poste.
En cas de difficultés rencontrées avec les services de la Poste, contacter votre vétérinaire pour organiser la dépose des prélèvements à la clinique pour un acheminement (2 fois par semaine) par la navette du laboratoire.

Pour pouvoir analyser vos échantillons, il est impératif d’inscrire sur l’enveloppe individuelle :
- la date de Prélèvement
- la date de Congélation
- la date de Décongélation

Nous sommes désolés de tous ces désagréments indépendants de notre volonté qui se rajoutent à toutes les difficultés actuelles.

Toute l’équipe du GDS reste mobilisée sur l’ensemble des dossiers.
Nous nous tenons à votre disposition pour toute information complémentaire.

« D'un point de vue sanitaire, l’introduction d’animaux revient à mélanger les microbismes des élevages acheteurs et vendeurs.
Les animaux achetés, s’ils sont malades ou porteurs inapparents d’une maladie absente de l’élevage acheteur, peuvent Ia transmettre à l’ensemble du troupeau.
A l'inverse, les animaux introduits peuvent ne pas avoir développé d’immunité contre des germes présents sur l’exploitation d’accueil. Ceci, combiné au stress de l’introduction, favorise l’expression des maladies aux conséquences parfois graves.
La connaissance des statuts sanitaires des élevages acheteurs et vendeurs sur 4 maladies majeures : CAEV/visna maëdi, fièvre Q, chlamydiose, paratuberculose, à partir de recherches sérologiques, permet d’analyser leur compatibilité.
L’objectif de cette démarche volontaire est de ne pas introduire de nouvelles maladies et de prévenir le risque d’expression de maladies présentes dans l’élevage acheteur sur les animaux introduits.
Aides GDS sur les tarifs préférentiels de TERANA 63 : 100 % la 1ère année – 50 % les années suivantes. 

COVID 19 - Protéger sa santé et celle des intervenants en élevage. Les gestes à respecter pour les interventions du vétérinaire.

L'élevage est bien une activité essentielle à la nation. Ceci doit cependant se faire sans pour autant vous faire prendre de risque et en s'attachant à la maîtrise de la diffusion du coronavirus responsable du Covid-19.

Pour consulter la fiche cliquez ici.

Cette note ne préjuge pas de la situation qui peut évoluer en fonction de l’évolution de l’épidémie

Le GDS 63 gère des missions prioritaires déléguées par l’Etat : prophylaxies, gestion des mouvements, édition des ASDA.
Ce travail contribue au maintien de la chaine alimentaire et de la sécurisation sanitaire.
Cette activité professionnelle ne pouvant être réalisée par télétravail, les salariés travaillent dans les locaux du GDS et sont joignables, comme d’habitude, au standard : 04 44 44 76 30 ou sur leur ligne directe.
Par contre, l’accès aux locaux est interdit au public.
Pour des échanges d’ASDA, il convient, soit de nous les envoyer par la Poste (s’assurer de son bon fonctionnement), soit de les déposer dans la boite aux lettres du GDS, ou dans le sas d’entrée en prenant rendez-vous.

 

Cette démarche conseillée par les GDS a pour objectif de minimiser les risques sanitaires lors d'achats de lots d'animaux, de création, d'agrandissement ou de rassemblement de troupeaux. Elle permet de raisonner ses choix ou les mesures à mettre en place (vaccination...) en vérifiant la compatibilité sanitaire des lots, par recherche sérologique de certaines pathologies majeures.

 

Le GDS INFOS est désormais consultable en ligne.

Pour le consulter veuillez cliquer ici.

Pour plus d'informations, vous pouvez consultez la plaquette d'information BVD

en cliquant ici.  

L’arrêté ministériel du 31/07/2019 décrit la mise en place d’un programme de surveillance et de lutte contre la maladie des muqueuses (BVD).

Cet arrêté consiste à mettre en place la première étape du programme national d’éradication de la BVD rendant obligatoire la recherche des animaux infectés dans tous les troupeaux de bovins.

La surveillance sur l’ensemble des troupeaux s’effectue par une recherche de virus sur tous les animaux à la naissance lors d’un prélèvement réalisé en même temps que les opérations règlementaires d’identification grâce à un dispositif de prélèvement sur cartilage. La notice de pose et la vidéo du fabriquant sont disponibles sur le site internet du GDS.

L'arrêté ministériel est consultable en cliquant ici.

Depuis la parution de l’Arrêté Ministériel du 31/07/2019, la commande de boucles préleveuses est désormais obligatoire. La nouvelle campagne de commande des boucles d’identification a démarré début juin, et laissait (l’arrêté n’étant pas sorti) le choix de commander soit des boucles conventionnelles, soit des boucles préleveuses.

Différentes situations existent, dont certaines nécessitent de se mettre en phase avec la réglementation :

  1. L’éleveur a commandé depuis juin des boucles préleveuses. Pas de problème.
  2. L’éleveur a commandé des boucles conventionnelles depuis juin. Il doit commander les boucles boutons correspondantes dont le prix coûtant unitaire avec enveloppe préaffranchie pour envoyer l’échantillon au laboratoire TERANA est de 2,33 € HT.
  3. L’éleveur n’a pas encore réalisé sa nouvelle commande. Il est dans l’obligation de commander des boucles préleveuses (le bon de commande EDE a été modifié en conséquence).

Cet article diffusé dans la presse agricole par le GDS63 le 23 août 2019 reprécise le contexte et les objectifs du programe national d'éradication de la BVD.

Il précise également les modalités de prélèvements, les analyses, les plans d'assainissement dans les élevages infectés et les modalités financières du programme sur le département du Puy-de-Dôme.

Pour consulter cet article, vous pouvez cliquer ici.

Protocole national OSCAR

Aides aux analyses pour les adhérents GDS à 80 % depuis le 01/07/2019 pour 7 maladies.

Contactez votre vétérinaire ou le GDS pour plus de renseignements

Le GDS63 vient de mettre en ligne un WEB service  pour consulter le statut BVD d'un bovin et imprimer l'attestation BVD bovin non IPI correspondante. Cette consultation est possible sur 10 départements de la région Auvergne Rhône-Alpes pour tout bovin ayant séjourné sur un des départements concernés (01 – 07 - 26 - 38 – 42 -  43 - 63 – 73 -  74  et 69).

Pour consulter le statut d'un Bovin, il vous suffit de cliquer sur le bouton bleu à droite de votre écran sur la page d'accueil du site gds63.com. BoutonBVD2

Deux nouveaux outils sont mis à disposition des éleveurs adhérents dès 2019 : WEBGDS et CLASSDOC

WebGDS est un portail internet sur lequel les adhérents GDS peuvent gratuitement consulter leurs résultats d'analyses, leurs vaccinations IBR, leurs statuts sanitaires, les enregistrements GDS et demander le bilan sanitaire d'élevage.

ClassDoc est un outil permettant de remplacer les documents « papier » transmis par courrier par les différents organismes agricoles par des fichiers informatiques échangés sous forme dématérialisée.

Pour accéder à ces outils, cliquez sur l'image WEBGDS CLASSDOC à droite de votre écran, Rentrez votre identifiant et votre mot de passe reçu par mail, sélectionnez l'application souhaitée et naviguez sur celle-ci. 

Pour plus d'information, veuillez consulter le lien en cliquant ici.

En cas de besoin, vous pouvez également consulter la documentation de l'utilisateur WebGDS en cliquant ici.

 

Classdov webgds horizontal

Le 09/01/2019, le ministère du Gouvernement Wallon a annoncé que deux sangliers tués à la chasse ont été contrôlés positifs à la peste porcine africaine (PPA) en dehors de la zone tampon (zone II), donc au sein de la zone d’observation renforcée (ZOR) (zone I), entre Meix-devant-Virton et Sommethonne. Ces deux cas confirment la forte progression observée de la PPA vers l’Ouest de la Belgique, se rapprochant de la frontière française. 

ASDAICA2018 recto ASDAICA2018 verso

A partir du 1er septembre 2018, les attestations sanitaires (ASDA) changeront suite à la modification de l'information de la chaine alimentaire (ICA).

Ce changement n'entraine pas l'échange de la totalité des cartes vertes en possession des éleveurs mais nécessite de remplir éventuellement un document spécifique lors de sortie d'un animal du cheptel. Pour en savoir plus, veuillez cliquer ici.

L'Arrêté Ministériel du 31 mai 2016 a conduit en 2 campagnes de prophylaxies au passage de :

  • 30 à 84,5 % de cheptels indemnes en IBR auxquels on peut rajouter 5% de cheptels en cours de qualification
  • 10,6 à 4 % de cheptels avec au moins un bovin positif

Les chiffres de la dernière campagne sont consultables en cliquant sur ce lien

Une plaquette réalisée par GDS France à l’occasion de l’Assemblée Générale nationale 2018 est disponible. Elle résume les actions menées par notre fédération nationale et l’actualité sanitaire. Pour la consulter veuillez cliquer ici.

L’introduction d’un animal représente un risque majeur de contamination de votre cheptel par de nouvelles maladies. Le GDS et le laboratoire d’analyses TERANA 63 vous proposent à partir d'octobre 2017 un kit introduction à tarif préférentiel permettant la recherche de 5 maladies : IBR, BVD, Paratuberculose, Besnoitiose et Néosporose.

Pour en savoir plus, veuillez cliquer ici.

Nouveau : Un plan de maîtrise est proposé par votre GDS

Vous pouvez consulter le lien en cliquant ici.

 

Les données transmises récemment par l'ANSES montrent une baisse de l'exposition des animaux aux antibiotiques de 37% sur la période 2012-2016 pour un objectif initial de -25%. La baisse est encore plus marquée pour les antibiotiques critiques, qui font l'objet depuis 2016 de restrictions réglementaires pour leur prescription, avec -75% pour les fluoroquinolones et -81% pour les céphalosporines de dernières générations (données issues d'un communiqué de presse du ministère des solidarités et de la santé et du ministère de l'agriculture et de l'alimentation).

Pour télécharger le communiqué de presse, cliquer ici.

 

C'est courant 2016 que les élus du Conseil d'administration du GDS63 ont pris l'orientation d'investir dans un couloir de contention pour les bovins.

Cette acquisition avait un double objectif :

  • Tout d'abord de sécuriser les interventions de prophylaxies dans les élevages où les moyens de contention ne sont pas appropriés,
  • En second lieu, pour améliorer l'approche des animaux et la sécurité des personnes (éleveurs, salariés, vétérinaires...) qui sont concernées par ces opérations.

Cet équipement a bénéficié d'une subvention de la MSA dans le cadre de l'amélioration des conditions de travail.

Couloircontention1

 

 

Créés dans les années 50, les Groupements de Défense Sanitaire (GDS) sont des associations départementales dirigées par un conseil d'administration composé en majorité d'éleveurs. Pour mener à bien leurs missions, ils disposent d'un personnel administratif, de techniciens et de vétérinaires et s'appuient sur un maillage serré d'éleveurs délégués locaux. Ils sont agréés par le Ministère de l'Agriculture et bénéficient également du soutien de collectivités territoriales.